12 juin 2019

Les démarches de l’archéologue pour restituer la vie des hommes préhistoriques


Conférence dans le cadre de la Société géologique de Normandie et des amis du muséum du Havre.

Par Jean-Pierre Watté, docteur en Préhistoire, archéologue honoraire du Muséum du Havre, ancien président de la SGNAMH, du CRAHN-SNEP, le mercredi 12 juin 2019 à 18 h 30, à Heuqueville (à mi-chemin entre Le Havre et Étretat), salle polyvalente.

  Si les archéologues fouillent le sol, ce n’est pas pour trouver des objets, silex taillés, tessons de poterie, objets métalliques, pièces de monnaie… C’est pour comprendre comment vivaient nos ancêtres ; dans cette perspective, il faut bien sûr des objets, mais ce qui importe, c’est ce qu’ils apportent comme enseignement. En particulier, sa place dans le sol constitue un élément primordial : la répartition des artéfacts n’est jamais aléatoire. Les concentrations de matériel, les associations d’outils, mais aussi les traces laissées dans le sol par l’intervention humaine -foyers par exemple – permettent de retracer des pages de vie. Il faut aussi savoir faire « parler » un outil : autrefois, on se contentait de le désigner par un nom correspondant à sa supposée fonction. Aujourd’hui, la nature du matériau utilisé, les techniques mises en œuvre pour le fabriquer permettent souvent de le resituer dans le temps et de le rattacher à une certaine culture. Derrière le caillou, on retrouve l’Homme, c’est le but de la recherche.

 

 

Posté Le 16 mai 2019