Bulletins du CRAHN


L'utilisation du fer à la cathédrale de Rouen à l'époque médiévale (2004)

Maxime L'HÉRITIER

Résumé

Les recherches menées depuis plusieurs années conjointement par architectes, archéologues et historiens ont montré l'omniprésence du fer dans les édifices religieux de la période gothique. Cependant, si les observations ponctuelles ne manquent pas, le nombre d'édifices étudiés reste à ce jour très faible. Ces quelques études qui, en France, posent les jalons de la recherche dans ce sujet portent cependant souvent sur des constructions assez exceptionnelles pour leur époque (cathédrale de Beauvais, de Bourges, Sainte Chapelle de Paris…). De plus, elles ont toujours un caractère limité : l'étude architecturale très complète de M. Férauge et P. Mignerey sur la cathédrale de Bourges ne traite malheureusement qu'un seul aspect de la question, ou à l'inverse, celle de Jean-Louis Taupin sur la cathédrale de Beauvais n'aborde les différents sujets que très succinctement. Quant aux propos de Viollet-le-Duc sur la Sainte Chapelle et d'autres édifices, ils restent bien souvent d'actualité et ses études, bien que partielles, n'ont jamais été reprises. Seule la récente étude de P. Dillmann et de P. Bernardi sur le palais des Papes d'Avignon est un véritable travail interdisciplinaire alliant prospections, recherche en archives et archéométrie. De même dans le reste de l'Europe occidentale, les travaux de recherche sont assez rares. Il faut cependant citer pour l'Allemagne le travail de W. Haas, qui a le premier proposé des quantifications sur l'emploi du fer dans des églises gothiques du Haut Palatinat et l'étude d'A. Stroobants en Belgique, qui traite surtout du fer dans l'architecture civile.



pdf icon L'utilisation du fer à la cathédrale de Rouen à l'époque médiévale - CRAHN 2004.pdf


Retour aux publications