Actualités

8 octobre 2016

Le site du Rozel: une fenêtre sur le quotidien de Néandertal, entre 110 et 80 000 ans


Les investigations conduites sur le site du Rozel depuis 2012, dans le cadre de l'archéologie de sauvetage ont révélé des niveaux d'occupations inscrits dans un massif dunaire particulièrement bien conservés. Les sols ont été très rapidement recouverts par le sable apporté par le vent permettant la "fossilisation" des espaces de vie : aires de travaux de boucheries, de fumage de viande, de production d'outils en silex et en quartz... L'exceptionnelle conservation des vestiges fait que la microfaune, les insectes et surtout plus de 150 empreintes de pas, de genoux et de mains d'hommes du Paléolithique moyen nous sont parvenus. À ce jour, ces vestiges représentent 98% des empreintes de néandertaliens connues. Par ailleurs, deux coprolithes (peut-être humains) sont en cours d'analyse à l'Institut Max Planck de Leipzig, ainsi que des échantillons de sols. Le site du Rozel, par les conditions mêmes de gisement (sols recouverts rapidement par le sable) constitue un observatoire privilégié pour la connaissance des modes de vie de l'Homme au Paléolithique moyen.

Rozel, vue générale (Crédit photo : C. Cliquet)

Rozel, amas débitage (Crédit photo : C. Cliquet)


Rozel, foyer à plat (Crédit photo : C. Cliquet)



Rozel, sol avec empreintes de pas (Crédit photo : C. Cliquet)

Rozel 2014, empreinte pas A (Crédit photo : C. Cliquet)


Rozel 2014, empreinte pas B (Crédit photo : C. Cliquet)


Rozel 2014, empreinte pas C (Crédit photo : C. Cliquet)

Posté Le 08 juin 2016